La réforme du collège 2016, à défaut de supprimer comme prévu initialement les options de langues anciennes, a sévèrement porté atteinte à leur enseignement en mutilant les horaires et en les dérégulant.

Les réformes du lycée 2019 et du baccalauréat 2021 ont achevé ce mouvement en supprimant initialement le bonus à l'examen (avant de le diviser par trois) et en proposant de nouvelles options concurrentes en terminale : les abandons des élèves sont de plus en plus massifs et les dernières filières de grec ancien sont d'ores et déjà menacées.

L'objectif, explicité par la Cour des comptes en 2015, a donc été atteint dans les deux cas : la disparition à court et moyen terme, par extinction programmée, de l'enseignement des langues anciennes en France.

Désormais inutile, le site "Avenir latin grec" est fermé : vous pouvez télécharger une archive du site retraçant toutes les étapes de cet abandon brutal et sans courage.

Loys Bonod